Genève Gare de Cornavin

Concours réaménagement des espaces publics – Au Vert ! – 4e prix

Descriptif

D'un point de vue historique et contemporain, la gare Cornavin est à la fois une porte d'entrée de la ville ainsi qu'un lieu de rencontre. Sa position lui permet de générer un lieu central où les transports publics, les piétons et les cyclistes doivent trouver leur place dans une zone de rencontre intense.
Le périmètre du concours définit une zone d'intervention qui propose la transition entre une infrastructure importante comme la gare de Cornavin et un tissu urbain singulier comme le quartier des Grottes.

Contexte

Aujourd’hui, la gare de Cornavin présente deux façades de caractères très différents, l’une du côté sud-ouest et l’autre du côté nord-est. La porte principale, sur le côté sud-ouest, donnant sur les façades du centre-ville, est caractérisée par une architecture représentative et contrôlée. Au pied de cette façade, un projet de transformation est en cours instaurant une nouvelle hiérarchie dans la circulation des transports publics, ainsi que la création d’un grand espace vert autour de la basilique.

De l’autre côté de la gare, au cours des dernières décennies, le quartier a attendu patiemment le projet définitif de l’extension de la Gare. Ainsi, le paysage résultant du quartier des Grottes qui surplombe la gare est marqué par un caractère routier dans lequel les piétons passent sans trouver d’endroit pour se détendre. A cela s’ajoute le paysage urbain des Grottes avec répartition très hétérogène des volumes.

A l’heure actuelle, la forte présence des infrastructures en béton des CFF s’oppose au fragile vide urbain dans le secteur sud-ouest des Grottes. Dans ce cadre, le paysage produit n’a ni qualité ni perméabilité bien contrôlée, de sorte que la différence de niveau entre les Grottes et la gare n’est pas résolue au profit des piétons, créant une transition conflictuelle. Des deux côtés, les différents flux y arrivent, provoquant des situations de conflit que le projet doit transformer en opportunités. Ce territoire est défini comme un lieu de convergence et de circulation, mais il manque des lieux de détente. Le projet doit saisir cette confluence comme une opportunité pour créer des espaces de circulation de qualité mais surtout pour définir de nouveaux lieux de rencontre et d’échange apaisés et apaisants.

Afin de protéger le quartier des Grottes et de mettre en valeur le paysage urbain hérité du contexte social du quartier, la décision d’agrandir la gare en souterrain a été approuvée. Dès lors, un nouveau contexte a été défini, de sorte que l’apparition de la nouvelle gare souterraine est devenue l’occasion de structurer un espace public. Tout d’abord, l’apparition des nouveaux accès sur la place de la Pépinière et la place des Gares a permis de créer un point d’attraction, assurant une connexion forte entre l’espace public et la mezzanine de la gare. En conséquence, une nouvelle hiérarchie des espaces publics permettra une meilleure compréhension de l’ensemble. Les deux cages d’escalier ont une forme ouverte, qui marque le caractère public de la gare, tout en permettant de contrôler la fermeture des portes menant à la mezzanine. En accompagnement de ces deux points, une nouvelle façade de la gare dans ce secteur permet la création d’une pergola qui couvre tous les accès à la gare, créant un lieu de transition entre l’extérieur et l’intérieur et offrant ainsi une unité visuelle dans le secteur. Le résultat de cette pergola dessine une forme incurvée en symétrie avec la forme plate des voies ferrées, créant un jeu géométrique entre le tracé de la voie et le nouvel élément architectural.

Végétation-perméabilité

L’emplacement de la Gare Cornavin est également stratégique du point de vue de la continuité des espaces naturels de la ville. De part et d’autre de la gare, le paysage naturel de Genève révèle des lieux importants en lien avec la nature. Les voyageurs sortant au sud-ouest découvrent la proximité du lac Léman et du Rhône. Sur le côté nord-est, la présence de la végétation est également continue, surtout lorsque l’on découvre la proximité du Parc de Cropettes qui, avec le Parc de Beaulieu, définit une immense entité verte créant une continuité naturelle. Malgré cette proximité, le paysage que l’on découvre en quittant le parc par les accès nord-est est totalement opposé, car il se trouve dans un espace routier, loin du caractère naturel qui existe à proximité.

Dans le prolongement de ce paysage végétal, le projet « AU VERT! » propose la continuité du paysage naturel du Parc des Cropettes, en intégrant la présence de la végétation le long du nouvel espace public. Cette atmosphère propose également un lien avec les éléments végétaux que l’on découvre en se déplaçant vers les espaces des Grottes qui bordent la place de Montbrillant. Ainsi, une nouvelle entité verte contribue à la relation avec le parc qui sera créé autour de la basilique, donnant naissance aux espaces de rencontre qui font défaut dans ce quartier de la ville. Au-delà de l’aspect sensoriel, la nouvelle infrastructure verte représente une opportunité pour tempérer les périodes de canicule, aménager des zones perméables qui permettent à l’eau de pluie de s’infiltrer dans le sol et introduire la notion de temporalité. Cela génère un espace public dynamique, où les saisons se manifestent en fonction de la floraison et du feuillage des éléments plantés.

Le projet résulte donc de la considération de la végétation et du lien entre la ville et la nature comme le point fondamental du projet. Le projet cherche également à rappeler la mémoire du territoire et la situation préexistante à la construction du quartier des Grottes. Le passé de ce lieu parle de la présence de la grande pépinière, ainsi que de l’existence du Nant des Grottes, définissant un lieu en lien fort avec les éléments naturels.  Ainsi, la récupération du caractère végétal du secteur de Montbrillant suggère le processus menant vers une nouvelle centralité, en harmonie avec l’héritage de ce lieu.

Extrait des planches de concours

Caractéristiques

Maître de l'Ouvrage
Ville de Genève
Lieu
Place Cornavin, secteur Montbrillant, Genève
Programme
Réaménagement des espaces publics du secteur de la gare de Cornavin à Genève, face Montbrillant, création des accès et nouvelle façade pour la gare souterraine.

Principales dates

Concours
4e prix
Publication du concours
9 juillet 2020
Rendu du projet
23 octobre 2020
Jugement du concours
du 25 au 27 novembre 2020
Exposition
18 décembre 2020

Mandataires

Architecte, bureau pilote
architech SA
Collaborateurs
Frank Herbert, Guillaume Le Grelle, Julio Lopez, Christine Georges, Iker Gomez, Anna Fabregat, Diego Osorio
Architectes paysagistes
Arrabal Sàrl
Ingénieurs civils
Küng et Associés SA
Ingénieurs conseils, mobilité et urbanisme
RR&A - Roland Ribi & Associés SA